Montessori, Pikler: la motricité libre chez les tout-petits

C’est la première pédagogie alternative que j’ai mise en place. Découverte lors de mes recherches sur la motricité libre évoquée par Maria Montessori et de la « construction » du Nido de Quentin.

En effet les idées se croisent, bien que Pikler aille plus loin dans ses explications sur le bien fondé de la motricité libre dès la naissance.

La communication lors des soins.

Pour Pikler, il est fondamental de communiquer avec son enfant lors des soins. C’est là que le bébé apprend les intonations de voix, les mimiques… Qu’il crée un lien social. Cet investissement dans ces moments d’échanges sont vraiment précieux pour les bébés, nous y reviendrons.

Motricité libre

Allongé sur un tapis en mousse pour le confort, un grand miroir et quelques jouets naturels pour l’éveil et c’est tout. Pas de lumières excentriques. Pas d’engins multicolores qui sur-stimulent la vision. La pédagogie Pikler nous enseigne les débuts du « laisser le faire à son rythme ». Nos enfants n’ont pas besoin d’une montagne de coussins pour tenir assis, observez les, la plupart du temps ils sont loin d’être à l’aise dans une position qu’ils ne maîtrisent pas.

Avec Quentin…

Comme vous le savez peut-être déjà, je n’ai pu expérimenter ces pédagogies qu’avec mon troisième enfant. J’ai pu comparer la rapidité des apprentissages entre Raphaël et Alice (10 et 8 ans), et Quentin (2 ans). Aussi Jo observe aussi la différence notable avec Jules (11 ans).

Quentin s’est épanoui sur son nido dès la naissance. Je n’ai jamais acheté de transat mais les deux grands avaient un parc, Raph a même été dans un youpala.

Quentin est celui qui n’a peur de rien, qui grimpe sur tous les agrès aux parcs de jeux. Alice est nettement moins à l’aise, même si c’est beaucoup mieux depuis quelques temps (depuis qu’elle voit Quentin faire). Ils ont tous plus ou moins marché au même âge. Cependant Quentin court beaucoup plus vite que d’autres enfants du même âge. Sa passion du ballon aide beaucoup certes mais il est très à l’aise en trottinette, en draisienne, il fait du vélo à roulette, du skate… Oui, il grandit dans un milieu très sportif mais je pense que le fait de l’avoir laissé découvrir son corps l’a beaucoup aidé pour sa confiance en lui.

J’en parlerais certainement ailleurs, mais grâce à cela, il peut aisément aller jouer avec les enfants plus grands au hand chaque week-end. Je sais qu’il sait monter et descendre les escaliers, Qu’il gère parfaitement. J’ai moi aussi plus confiance, il peut alors « socialiser » (c’est hyyyyyper important pour les enfants faisant IEF paraît-il) sans que je sois collée à lui de peur qu’il tombe dans les gradins. Il va voir ses copains, enfants et adultes. Il se sent plus grand et là aussi il a plus confiance. La boucle est bouclée.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s