Journée Safari à Thoiry: Tourisme et handicap

Nous avons tous des lubies, des coups de têtes.

Certains vont aller faire du shopping, d’autres un resto… Nous, nous partons.

C’est ainsi que nous avons décidé vendredi, d’emmener Quentin au Zoo le lendemain.

J’adore la faune sauvage, plus que toutes mes passions réunies je pense. Cette passion à même été l’une des premières encrées sur ma peau. Je suis fascinée par la variété des espèces, la laideur, la beauté, l’utilité, l’alimentation, le fonctionnement de ce monde qui nous entoure, qui se disloque… Et j’adore partager cette passion avec ma famille. Mais il est naturellement hors de question que ce soit au détriment des animaux eux mêmes. C’est pourquoi sont bannis : les cirques, les parcs avec spectacles, les aquariums avec mammifères marins.

Le choix

J’ai donc fait des recherches sur les parcs animaliers à moins de trois heures de route de Troyes. Nous avions déjà fait la Montagne aux Singes cet été avec les grands. Et il y avait énormément de pubs pour le Zoo d’Amnéville dans l’agglo, hors la confirmation du grand nombre de spectacle de tigres dans les différents avis disponibles sur internet, et le site très mal fait. ( j’ai dû chercher pendant près d’une demi heure s’il y avait des tarifs handicapé et je n’ai jamais trouvé l’information!)

J’ai visité Thoiry enfant, mon père vivant en RP, et le seul souvenir que j’avais été celui du Safari en voiture. J’étais un peu réticente par rapport au fait que les animaux étaient en permanence exposé au gaz d’échappement, mais j’ai pris le risque d’être déçue pour avoir mon point de vue d’adulte. J’avais également lu qu’il y avait des problèmes pour la circulation des poussettes et que les enclos étaient soit trop petits, soit trop vastes, bref avis mitigés.

Le choix définitif c’est fait lorsque j’ai eus la lumineuse idée de rendre visite à ma cousine adorée, de faire un faux scandale à son travail afin de lui faire une surprise de taille, un véritable scénario hollywoodien qui est mort dans l’œuf au moment où nous l’avons croisé dans la rue, elle avait fini plus tôt que nous l’avions prévu, mais je pense que jamais je n’oublierait son expression dans elle nous à reconnu dans la voiture … (#teambretzel)

Le safari

Le temps était à l’image de l’été, très sec. Détail qui aura son importance plus tard. Nous sommes arrivés à 11h et nous avons décidé de commencer par le safari afin de manger en voiture et ainsi d’esquiver les attaques de guêpes.

J’ai été agréablement surprise, certes les animaux sont proches des voitures mais ils peuvent s’en éloigner comme ils l’entendent. L’enclos est vaste. Oui il y a beaucoup d’autruches mais elles sont très peu farouches contrairement à d’autres espèces et cela nous permet d’observer une espèce de très près.

J’appréhendais de voir l’éléphant, puisque j’en avais vu avec des tocs au Zoo d’Amiens il y a presque 10 ans et cela m’avais bouleversé. Ici il est quatre fois plus grand avec de l’herbe ( qui à cramé avec la canicule mais on voit qu’il ne vit pas dans la boue en permanence) Et aucun toc. Un bon présage pour la suite.

Le zoo

Il y a bien plus d’espèces que je le pensais. Quentin nous a harcelé dès le départ pour voir les lions. Il était ravi, écoutait mes explications et cherchait avec papa les animaux endormis à l’ombre.

Politique de conservation

Il est vrai que certains enclos sont justes, mais ce n’est pas la majorité. Il n’y a qu’un ou deux animaux semblant dans un mal être psychologique, notamment le chien des buissons qui tourne en rond au trot en permanence.

Mais c’est là qu’intervient un choix cornélien: Ce type d’espèce est conservé en parc zoologique puisque menacé dans son habitat naturel. Mais à quoi bon les conserver tant de telles conditions ? Je pense qu’il devrait être possible de les améliorer.

Chien des buissons: on voit nettement le parcours stéréotypé de cet individu.

Sensibilisation du public

Nous avons pu assister à plusieurs séances de nourrissage, notamment celui des lions et des tigres et rencontrés divers soigneurs au cours de notre visite et avons beaucoup échangé. Les discours des soigneurs et leurs explications, la sensibilisation à l’écologie, sont très fédérateurs.

Les snacks sont vraiment l’un des points noirs de cet endroit. Mais nous étions au courant donc même pas déçus au final. Nous avons pu manger une glace tranquillement et boire une boisson locale, ce qui est une super idée à mon sens. D’autre part, toute la vaisselle jetable est faite en matériel recyclé et recyclable. Ce qui est très agréable puisque cela va dans le sens de leur discours et de la sensibilisation de leur public. Il en va de même pour le tri sélectif.

La mini ferme

Nous allons régulièrement en parc zoologique avec Quentin. Sur Troyes le parc de Fouchy offre cette possibilité gratuitement. Mais il est difficile voire impossible ou interdit d’y toucher les animaux. Ce qui crée une grande frustration chez eux. J’avoue que j’aurais adorer caresser ce maraque qui semblait tellement doux, ou me laisser surprendre par un lémurien. Mais ici c’est la règle, on ne touche pas. Je comprend pourquoi et les soigneurs nous le rappelle avec bienveillance.

Cependant, il nous est possible d’aller effacer cette frustration en nous rendant dans une mini ferme aux allures de tour du monde. Nous avons adoré les chèvres anglo nubienne, Et l’âne blanc avait adopté Zoé ( fre ). Il faut dire que les animaux de la ferme ont la possibilité de se rendre dans leur stabulation ou autour de leur distributeur de foin dès qu’il en ont assez d’être tripoté par les petites mains collantes. C’est pourquoi nous n’avons pas touché aux lapins, qui n’en avait pas envie ce jour là. Je trouve çà très intéressant d’apprendre ce respect là aussi aux enfants.

Naturellement, Quentin c’est fait un malin plaisir d’avoir voir ailleurs, de franchir la ligne interdite, pendant que je me débattais avec les ânes qui voulait à tout pris me lécher les pieds et manger Zoé. Mais j’ai adoré la douceur avec laquelle il s’est approché des divers animaux. ( Il est fou des ânes, les musiciens de Brême est sont conte préféré)

Et pour les handicapés ?

C’est là que ça pèche un peu. Tout commence par le parking réservé qui n’est pas surveillé ( mais gratuit) donc des valides s’installent au milieu des allées et il est difficile de sortir un fauteuil tant c’est encombré. Les chemins sont une vraie galère en fauteuil. Nous avions la chance de venir par temps sec et même par sécheresse, parce que je pense que je me serais enlisée s’il avait plu. La plupart des sentiers sont en cailloux ou délabrés. Le bitume et graviers laissant dénivellation importantes, je suis restée bloquée plus d’une fois à cause du changement de sol, j’avais une roue motrice dans le vide… un régal. Les WC handicapés ne fermaient pas à clef et étaient trempés… l’idéal pour les transferts !

Il est bon à savoir que si vous êtes PMR, certains enclos vous seront impossible d’accès en fauteuil : les grands félins, les lémuriens ainsi que les herbivores d’Amérique du sud.

Ce n’est pas de la faute du parc, mais l’incivilité des gens qui me montaient littéralement dessus pour faire des photos des lions lors de l’animation m’a agacée au plus au point, de même qu’il était impossible de sortir du tunnel d’observation en faisant demi tour.

Ce parc est très beau, même s’il a des choses à revoir ne serait qu’en matière d’accueil des handicapés. On ne s’y ennui pas une minute. Le personnel est top, passionné et passionnant. Les espèces sont variées, nous n’avons pas été déçus, même surpris. Les animaux y sont bien traités et profitent de grands espaces pour s’ébattre. Nous y retournerons sans hésiter!

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s